Claveciniste de renommée internationale

Le clavecin, dont elle deviendra une interprète majeure, ne fut pas son  premier instrument puisqu’elle étudia  d’abord le piano auprès de Blanche Bascouret de Guéraldi, Germaine Willaume, Joseph Morpain, Lucette Descaves et Yves Nat. Elle obtint un premier prix de piano dans la classe de ce dernier au CNSM de Paris. Huguette Grémy-Chauliac étudia l’harmonie avec Paule Lantier et Jean Gallon auprès de qui elle remporta également le premier prix au CNSM de Paris.

Ensuite, elle se consacra en premier lieu à l’étude du clavecin moderne avec Robert Veyron-Lacroix. Elle fut ensuite une des premières à faire des recherches dès 1965 sous l’égide d’Antoine Geoffroy-Dechaume afin de retrouver et d’étudier la technique des anciens clavecinistes. Technique qu’elle transmettra à ses élèves dont le fameux Scott Ross (premier prix de clavecin en 1968) tout en s’attachant aussi à chercher à redécouvrir « les secrets » de l’interprétation de la musique des XVIIème et XVIIIème siècles alors inconnus à l’époque. Le facteur de clavecin Hubert Bédart lui construira en 1969 la première copie qu’il réalisera d’après le « Ruckers-Taskin, 1646-1780 » du Musée du Conservatoire.


Huguette Grémy-Chauliac sut profiter de cette amorce de renouveau et fut une des premières interprètes à réintroduire ornements et notes inégales, redonnant toute son authenticité à la musique française pour clavecin. Littérature pour laquelle Huguette Grémy-Chauliac est reconnue comme l’une des meilleures spécialistes actuelles.
Passionnée par l’enseignement du clavecin, Huguette Grémy-Chauliac répondit en 1963, à l’appel de Pierre Cochereau, alors directeur du Conservatoire de Nice, lui demandant de diriger la classe de clavecin qu’il venait de créer. Parmi les nombreux élèves de cette classe, outre Scott Ross, d’autres élèves issus du Canada, d’Allemagne, Japon, USA, Grande-Bretagne, Suisse, Italie deviendront des clavecinistes ou organistes professionnels.

Huguette Grémy-Chauliac enseigna au Conservatoire National de Région de Nice outre le clavecin, l’harmonie et la base chiffrée dont elle créa en France la première classe de l’époque.  Elle dispensa aussi son enseignement à l’Académie américaine de Paris.

Concertiste de renommée internationale, Huguette Grémy-Chauliac est sollicitée par les principaux festivals de musiques baroques où elle se produit en soliste, duo ou avec ensemble. Profondément attachée à son instrument, elle contribue à faire mieux connaître et aimer le clavecin en donnant des conférences et des récitals-débats, où elle dialogue avec  le public.
Huguette Grémy-Chauliac est régulièrement membre du jury des concours du CNSM de Paris et de nombreux concours internationaux.


A la tête d’une imposante discographie saluée par la critique, Huguette Grémy-Chauliac s’est distinguée en proposant aux disques de nombreux enregistrements d’auteurs alors peu connus. Dans son premier disque chez Pathé Marconi en 1969, Huguette Grémy-Chauliac a fait connaître au public pour la première fois des compositeurs inconnus du public tels que Claude Hardel, Jean-Nicolas Geoffroy, Gaspard le Roux, Louis Couperin, Elisabeth Jacquet de la Guerre.
Par la suite, elle sortira de l’oubli des œuvres inédites jusque-là inconnues, telles que :


• « Des Pièces de Clavecin » d’Elisabeth Jacquet de la Guerre.
• « Des Suites pour Clavecin » de Gaspard le Roux.
• « Des Suites pour Clavecin » de Charles Dieupart.
• Le Premier enregistrement de « l’Hexachordum Apollinis » de Johann Pachebel.
• Le Premier enregistrement de l’intégrale de « l’œuvre de clavecin » de Diderik Buxtehude.

Elle  prêta aussi son talent de claveciniste à de nombreux enregistrements pour la radio et les télévisions françaises et étrangères.

Extraits des "Nouvelles Suites de Pièces de Clavecin de 1728" de Jean-Philippe Rameau

Suite en La mineur de Jean-Philippe Rameau

Organiste alternativement à Lyon, Paris, Dijon puis Clermont, il fait paraître un premier livre de clavecin en 1706, influencé par l'art de Louis Marchand. Mais ce n'est qu'après s'être acquis une solide réputation grâce à son traité d'harmonie de 1722, qu'il quittera définitivement Clermont-Ferrand en pour tenter sa chance à Paris où il il éditera en 1724 ses nouvelles pièces de clavecin. Les quatre extraits enregistrés dans ce présent disque sont issus de la suite en La mineur de ce second livre.

Au XVIIe siècle, les suites de danses clavecinistiques sont essentiellement chorégraphiques ; au XVIIIe siècle, la littérature de cet instrument perd cet aspect dansant pour chercher à dépeindre des sentiments, des actions, des portraits, des objets ou des paysages. Les anciennes danses deviennent des prétextes à des oeuvres purement instrumentales. Dans la suite en lors, autant l'Allemande que la courante et la sarabande (reprise dans l'opéra Zoroastre) sont un tournant dans l'histoire du clavecin français : elles ont encore tout du jeu de luthé, des ornements des clavecinistes de Louis XIV, et en même temps, elles déploient le mouvement ample des monumentales fresques pour orchestre à venir sous la plume de Rameau.


Dans l'Allemande, dès la première phrase, notre compositeur cherche à s'élever vers le sentiment du sublime ; la courante et la sarabande découlent davantage de l'ancien moule chorégraphique, mais dépassent les productions contemporaines par le lyrisme théâtral. La gavotte variée s'empare d'un thème populaire pour bâtir une vaste architecture de par ses brillantes variations ; leur exécutive virtuosité rivalise avec les inventions les plus impressionnantes de Haendel à la même époque.


Gaspard le Roux – Suites pour Clavecin - Paru chez VLS en 1993



Si l’on en croit Sébastien de Brossard qui le cite comme un excellent maître et un excellent musicien, Gaspard le Roux semble avoir été très renommé à la charnière des XVII et XVIIIème siècles.


En 1695, son nom figure dans le « livre commode des adresses » aux côtés de Nicolas Le Bègue et François Couperin. Son œuvre comporte des motets, des airs sérieux et à boire et un recueil de pièces de clavecin publié en 1705. On ne connait ni sa date de naissance ni celle de sa mort dont on sait seulement que l’inventaire après décès est daté de juin 1707.

Joaquin Rodrigo – Fantasia para un gentilhombre – Lys Digital en 1995


Joaquin Rodrigo  (1901- 1999) étudiera d’abord la guitare en Espagne puis viendra ensuite à Paris suivre les cours de composition de Paul Dukas à l’école normale de musique. Il a écrit 180 numéros d’opus comportant des œuvres vocales et instrumentales et de nombreux concertos dont le célèbre concerto d’Aranjuez.   

Sa fantaisie pour un gentilhomme composée en 1954 pour guitare et orchestre sera transcrite ensuite pour guitare et clavecin avec l’approbation de l’auteur. Dans cette œuvre, Joaquin Rodrigo rend hommage au vihueliste de « l’âge d’or » espagnol notamment à Gaspard Sanz, guitariste du roi d’Espagne Felipe IV. Cette œuvre comprend 4 parties :